Présentation Historique du District de France

Deus providebit ! Dieu y pourvoira !

Voilà quel pourrait être, en deux mots, le résumé de l'histoire du district de France et l'explication de son rapide développement. Car comment voir autre chose que l'action bienveillante de la Providence en ces quatorze années d'existence  ?

Lorsqu'en Septembre 1988, l'abbé Denis Coiffet (photo) accepte la charge de supérieur de district tout est à faire, ou presque... Organiser les tout premiers apostolats (Lyon, Perpignan, Narbonne, Versailles...), répondre aux demandes d'installations, visiter, contacter, remercier... un ministère parfois austère mais combien important !

Car dès sa reconnaissance canonique, la toute nouvelle communauté suscite enthousiasme, bienveillance ou intérêt... alors qu'à peine une dizaine de prêtres exercent en son sein un ministère actif en France. Les autres restent au séminaire de Wigratzbad, montrant par là que le premier ministère de la Fraternité consiste à dispenser une solide formation sacerdotale.

Beaucoup soutiennent la nouvelle société de vie apostolique par leurs prières et par leurs dons et c'est une réelle émotion pour les prêtres du district que de constater la générosité sans failles de leurs nombreux bienfaiteurs. Ceux-ci seront toujours au rendez-vous lors des échéances délicates : achat d'une maison à Versailles ou à Fontainebleau, travaux divers, achat d'un orgue à Saint-Martin de Bréthencourt, aides en tous genres pour le séminaire, etc...

Composante à part entière de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre, au service de « l'Eglise qui est en France », et tout particulièrement pour les fidèles qui se sentent attachés aux traditions liturgiques et disciplinaires en vigueur en 1962, le district de France devient rapidement et pour un temps le premier par son importance et le nombre de prêtres qui travaillent en son sein.

Les lieux d'apostolats se multiplient : Paris, Strasbourg, Besançon, Fontainebleau, Saint-Etienne... Le 29 Juin 1993 a lieu l'évènement qui restera gravé dans toutes les mémoires : pour la première fois, une église desservie par la Fraternité Saint-Pierre devient le cadre d'une ordination sacerdotale, conférée selon le rite tridentin (photo). C'est l'archevêque de Lyon lui-même, le cardinal A. Decourtray qui célèbre et confère le sacerdoce à trois diacres français aussitôt affectés en France tant les besoins sont grands : « la moisson est abondante mais les ouvriers peu nombreux ».

A cette époque, la Fraternité en France c'est d'abord pour beaucoup, outre ses différents lieux d'apostolat, son bulletin bimestriel « Tu es Petrus ». Depuis octobre 1988, cette revue bien modeste, est parfois le seul lien entre la Fraternité et ses amis parfois isolés et ne disposant pas toujours d'un prêtre exerçant un ministère dans le cadre du motu proprio Ecclesia Dei. En 1994, parait la « Lettre aux amis et bienfaiteurs », petite chronique régulière du ministère des prêtres de la Fraternité dans l'hexagone. Cette nouvelle publication est due à l'abbé Denis Le Pivain qui, dès juillet de la même année accepte la charge de supérieur de district, en remplacement de l'abbé Coiffet. L'année 94 est décidément fertile en évènements puisqu'en juin neuf nouveaux prêtres dont sept français, entièrement formés à Wigratzbad, sont ordonnés.

Le district se développe encore : après Besançon et Nantes, de nouveaux apostolats s'ouvrent à Epinal, Périgueux puis Le Mans. Pendant l’été, les séminaristes français organisent des camps d’enfants et d’adolescents au succès grandissant : Camp et colonie St Bernard, Camp et Raid St Michel, Camp et Colonie de Pont-Callek, Oeuvre Fra Angelico, etc.

Au cours de l’été 1998, l’abbé Coiffet reprend la charge du district, l’abbé Le Pivain étant appelé à d’autres responsabilités. En octobre 1998, la majorité des prêtres du district se rend à Rome pour célébrer le dixième anniversaire du Motu Proprio. Autour du pape, comme en témoigne la photo souvenir, pas moins de quinze nationalités sont alors représentées !

En 1999, est fondée l’œuvre des retraites, sous la direction de l’abbé Pozzetto, afin de répondre à une demande grandissante. Pour les enfants, un catéchisme par correspondance « Les trois blancheurs » est lancé. Un premier site internet est lancé.

En 2000, l’abbé Xavier Garban prend à son tour la direction du district, et organise les nouveaux apostolats de Dijon, Toulon, Montélimar, Le Chesnay et Belfort. A la rentrée 2002, ce sera une ouverture à Bordeaux et au Havre. En 2003, la Fraternité s’implante en Normandie (école de Sées) et dans les Landes (Clermont). En juin, des ordinations ont lieu à Fontgombault pour neuf prêtres français. En 2004, ils seront encore six français (pour un total de 17 dans la Fraternité). La France envoie quelques prêtres en mission en Afrique et en Amérique du Sud.

Depuis septembre 2006, c'est l'abbé Vincent Ribeton qui préside aux destinées du district français. Le travail ne manque pas : à l'heure actuelle, la Fraternité intervient déjà dans une vingtaine de diocèses français. De nouveaux apostolats voient le jour : Tarbes et Mâcon. Les outils de communication se modernisent, avec un nouveau site internet et une nouvelle formule de la revue Tu es Petrus.

Vous désirez recevoir plus d'informations sur le district de France ?
Recevoir la revue Tu es Petrus ou la Lettre aux amis ?
Confier des intentions de prières ou de messes ?
Contactez le District de France :

Maison Notre-Dame du Rosaire,
10 impasse de la Chapelle, Les Martinières,
F-89 150 BRANNAY

Site du district de France :
http://www.fssp.fr